Activia et Actimel, parfaits pour bourrer les cochons!

Ce week-end des personnes m’ont demandé des précisions concernant « le produit laitier phare de votre trousse à pharmacie ». Je fais donc remonter cet article dont la première publication remonte au 12 décembre 2011. N’hésitez pas à partagez le lien de l’article ou du blog…

_______

Enfin,enfin, enfin, ça y est !

Le yaourt phare de Danone se fait enfin taper dessus de manière un peu sérieuse.

Il avait, c’est vrai déjà subit un revers il y a quelques années.

Rappelez-vous, ça s’appelait BIO de Danone. Et ça ressemblait à ça:

Du vert, un soleil, bio écrit dessus en gros… Le message est intensément perceptible…

Sauf que ce n’était pas du tout issu de l’agriculture bio! Ce que des consommateurs ronchons ont quand même relevé.

Alors, il s’est passé ça.

On a changé 1 mot. Rien ne change de l’intérieur et ça se voit de l’extérieur.

Et comme ça marchait quand même très bien, Danone a aussi sorti Actimel. Et d’autres lui ont emboîté le pas. Activia, Actimel, ce sont 10% du chiffre d’affaire de Danone en Europe…

A prendre tous les matins, voire pendant vos pauses, comme en-cas. Et pourquoi donc? Parce que ça a bon goût? Que nenni! Les autres aussi peuvent avoir bon goût. Celui-ci,« ce qu’il fait à l’intérieur se voit de l’extérieur. »

Voir la vidéo de 1994 sur le site de l’INA avec le fameux sloggan…

« ce qu’il fait à l’intérieur  se voit de l’extérieur. » Quel sloggan superbe! Plus imprécis et non spécifique, c’est quasiment impossible…

« Ce qu’il fait » Il fait quoi exactement?

« A l’intérieur » , » A l’extérieur » Où ça précisément?

Et qu’est ce qui « se voit »?

Toutes les réponses à ces questions nous sont données implicitement. Le mannequin de la pub de 94, diffusée lors du lancement suggérait que le produit avait un impacte sur la silhouette. (Et que dire des joues gonflées de la dame qui parle de la buche de belle-maman dont elle a été sauvée par 14 jours de yaourt.) Et les schémas de ventres, vus dans toutes les pub suivantes laissaient penser que l’action se faisait à ce niveau . Pour Actimel et consort c’était même encore plus précis puisque l’action était présentée sous forme de petites briques tapissant plus densément le tube digestif….

Et bien maintenant on sait ce que ça fait.

Le mérite en revient à Didier Raoult (professeur de microbiologie et spécialiste des maladies infectieuses.) qui avait tiré la sonnette d’alarme dans la revue scientifique « Nature » de septembre 2009 : Les probiotique, depuis longtemps, servent à bourrer les porcelets d’élevage industriel. Ce sont des activateurs de croissance qui peuvent, à temps d’élevage égaux, donner des porcs 10% plus pesants. Efficace.(Voir, pour quelques données brutes, la page 543 de ce document. On y apprend que nourrir la mère a un effet sur les porcelets… Il y a bien un effet « santé » puisque la mortalité passe de 32,2% à 11,2%. « Mais » au sevrage les porcelets font 7,3 kg au lien de 6,4… Tout benef’… Si on souhaite faire de l’élevage de masse.)

Et ce sont ces probiotiques qu’on nous vend par pot de 1 milliard.

« agit à l’intérieur et ça se voit de l’extérieur. » ça veut dire active la production de graisse. L’exacte opposé de ce que disent implicitement les publicités. Ainsi, en début d’année, des chercheurs ont comparé les flores intestinales d’obèses et de non-obèses. Et là… Oh! Surprise! Les premiers étaient bourrés de probiotiques, ceux qu’on trouve justement dans les yaourts « Inside Job ».

Du coup, Danone se trouve dans l’obligation de retirer toute allégation « Santé »de sa comm’ (Traduire «va continuer à adapter son niveau de communication » si vous êtes du Figaro)

La multinationale de l’alimentation aura quand même eu 20 ans pour faire son beurre en engraissant le chaland. Bon appétit.

[En cherchant des infos sur cette affaire, je suis tombé sur un article de HEALTH & FOOD, n°77 Mai/Juin 2006 (Revue « destinée au corps médical »et dont le rédac chef est un docteur (docteur en quoi?)… ) au sujet de « la 4e Convention Internationale sur les probiotiques » . Il semble qu’on y ai fait l’éloge des probiotiques… Je vous laisse regarder, à la toute fin de la page, qui organisait ces conventions… Mention spéciale pour le tout dernier paragraphe qui nous amène à penser que les probiotiques pourraient faire maigrir en relatant une expérience qui relate l’exacte opposé : Comparer des souris ayant un flore intestinale  (Et qui mangent moins, messieurs dames!) avec d’autres qui n’en ont pas (Qui mangent plus! Aha!). Et de terminer l’article avec « Si on est encore bien loin du probiotique qui fait maigrir, il n’est désormais pas impensable que des modulations de la flore intestinale puisse exercer un effet sur le poids. »   Alors que les souris sans flore mangent plus mais grossissent moins que les autres. Oui, il y a un effet. La flore fait prendre du poids! Ce n’est pas maigrir qu’il aurait fallut faire comme projection mais bel et bien « grossir« . ça aurait fait tâche dans ce joli papier… Et si on va encore un peu plus loin… Le n°78 de la revue parle encore de probiotiques via les prébiotiques. Le 79 parle de la santé des intestins, évidemment secouru par les probiotiques. Le 80 n’a pas moins de 3 articles avec le mot probiotique dans leur titres. C’est qui qui s’est acheté un journal…? Les producteurs d’alicaments ? D’ailleurs, j’aimerais bien voir qui y fait de la publicité… ]

Publicités
Cet article a été publié dans Consommation, Health Branding/ Identi-Santé, Nominalisations-Non spécifique, Publicité, Un peu d'histoire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s