Mise à jour.

Même si elles émanent souvent de personnes concernées,voici quelques expressions que j’aimerais bien voir repensées.

-Générations futures.

Ex : « Notre mode de vie compromet l’existence des générations futures. »

Problème :  Cette expression remet le problème à plus tard. Impalpables, hypothétiques, peut-être même pas encore nées, les générations futures, ce sont lesquelles? Parce que, moi, j’en entends parler depuis que je suis né (1983…).En tenant compte du fait que le pic du pétrole a eu lieu en 2006. Cela nous laisse jusqu’en 2030 environ, selon les prévisions du Club de Rome avant un effondrement économique. 20 ans. Et dans le cas d’une exploitation des gaz des schistes en plus du pétrole jusqu’à la dernière goutte, on peut imaginer que dans une quarantaine d’années, le climat à latitude égale, nous sera franchement défavorable.

De fait les « générations futures », ça commence déjà par la mienne.  (Et ceux qui n’ont rien fait et à qui ont pourra peut-être demander quelques comptes, ont actuellement entre 40 et 70 ans … )

Solutions : remplacer « générations futures » par « générations présentes »

– Alternatif.

Ex : « Les sites d’information alternatifs. » / « Modes de vie alternatif. »

Problèmes : L’adjectif  « alternatif » ne met pas les choses à leurs bonnes places les unes par rapport aux autres. Par exemple, si je ne m’informe que par des media alternatifs, suis-je autant désinformés que si je consulte les media des puissances industrielles? Je n’espère pas. Media et media alternatifs dont 2 choses très différentes… Et c’est un peu trop d’honneur que de laisser aux premiers le mot seul et sans adjectif accolé…

De même, la vie est-elle la même lorsque son mode est alternatif? Par vraiment. ça, c’est l’enjeu du développement durable. Essayer d’être plus écolo sans changer à son mode de vie. Et par ailleurs, puisque c’est une question de survie à court terme (20-30 ans!), ce qu’on appelle « alternatif » est il vraiment une alternative? au sens choix?

A titre perso, je ne pense pas être alternatif. Je pense être sur la voie d’une solution. Pas d’une alternative.

Solutions : Supprimer le mot alternatif. Et, par contre, intégrer les mots archaîque/arriéré/fossile/primitif/maldeveloppés (en référence à la malnutrition, qui n’est pas la sous nutrition.), pour qualifier les media et modes de vie qui sont encore majoritaires (mais plus pour longtemps).

Publicités
Cet article a été publié dans Nominalisations-Non spécifique, Rhétorique et langue de bois. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s