Humeur critique n’est pas esprit critique…

Je voudrais discuter d’une chose qui n’est pas évidente de prime abord : Ce n’est pas parce qu’on a un avis opposé ou simplement différent de celui de la masse des gens que l’on fait, pour autant, preuve d’esprit critique. Faire de l’autodéfense intellectuelle est un brin plus complexe…

J’ai rencontré, il y a quelques temps, une personnes qui m’a paru, initialement, une personne tout à fait ouverte à des cours d’autodéfense intellectuelle. En fait, chaque outil que je lui détaillais retenait son attention. Mais à un moment, j’ai compris que quelque chose clochait… Lorsqu’il a commencé à me parler du World Trade Center… Il était un peu trop catégorique sur le complot… Et il utilisait les outils que je lui proposai dans le but d’étayer sa certitude de départ. C’est juste le contraire de l’autodéfense intellectuelle…

Car, en autodéfense intellectuelle, une posture qui me parait bien difficile à tenir est celle de la certitude… On fait des hypothèses, on lance des pistes de réflexion, on met beaucoup de conditionnel, on pose des questions, on s’informe, et sur l’information brute, on mobilise des outils pour tester des hypothèse et on revoit nos hypothèses ou nos outils si les résultats ne sont pas concluants. Et parfois, parfois seulement, de tout démonter pièce par pièce mais ce n’est pas toujours à notre portée. La tâche souvent consiste à nuancer le propos… Mais une nuance, c’est déjà beaucoup…

Par exemple, il me parait possible que les 2 tours a New York aient été démolies seulement par des gens qui pilotaient des avions.  Tout comme il me parait possible qu’ils aient pu être être aidés par le gouvernement des Etats-Unis ou une autre entité que la leur. Car des éléments vont dans les 2 directions. Et avant de conclure de façon catégorique, j’aurais besoin d’informations objectives supplémentaires. Que je n’aurai pas. (Je ne les cherche pas, je ne saurai pas où avoir des sources fiables et ça ne m’intéresse pas vraiment en fait…) Je ne conclus donc pas sur le fond de l’histoire. Je peux avoir une opinion, c’est bien la moindre de mes libertés mais d’ici à la tenir pour un fait avéré il y a un pas qu’il serait dangereux de franchir. Un ressenti, une humeur, une opinion ne sont pas, en soi, des arguments…

Contester pour contester n’est pas exercer de l’esprit critique. Cet article, paru sur Passeur de Science, un blog du Monde .fr, tenu par un journaliste scientifique indépendant, me semble, à cet égard particulièrement intéressant. Je vous suggère de le lire en entier, il n’est pas très long et très instructif. Il parle d’études récemment publiées. Je vous reproduis ici un morceau de l’article, qui est une des conclusions des études :

Celles et ceux qui ont une propension à s’approprier toute théorie complotiste sont aussi les mêmes qui vont rejeter entièrement des faits ou des consensus scientifiques. Les personnes croyant qu’un puissant groupe secret baptisé Nouvel Ordre mondial a pour but de supprimer les Etats souverains et de gouverner le monde, que les missions Apollo ne sont jamais allées sur la Lune mais ont été filmées à Hollywood, que le gouvernement américain a autorisé les attentats du 11-Septembre dans les buts, déterminés à l’avance, de faire la guerre en Afghanistan et en Irak et de limiter les libertés aux Etats-Unis, que la mort de la princesse Diana n’est pas accidentelle mais un meurtre prémédité par des membres de la famille royale britannique, que les militaires américains ont bel et bien trouvé les débris d’un engin extraterrestre à Roswell en 1947, etc, ces personnes-là ont nettement plus tendance que les autres à penser que le réchauffement climatique n’est pas une réalité, que le sida n’existe pas (ou bien qu’il n’est pas causé par le VIH) ou encore que le tabac ne provoque pas le cancer du poumon.

« Tout croire ou douter de tout sont 2 postures également confortables qui, toutes deux, nous dispensent de réfléchir » disait Henri Pointcarré, le mathématicien. Le but, je pense, de l’autodéfense intellectuelle, est de permettre d’éviter les pièges de la manipulation. Et c’est ouvrir en grand la porte à celle-ci que d’adopter une posture rigide. C’est comme en Tai-chi ou en Aikido,  votre rigidité sert de levier à votre adversaire pour vous faire tomber alors que vous pensiez qu’elle vous protégeait…

Publicités
Cet article a été publié dans Biais de raisonnement, Non classé, Un autre regard, Vie du site. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 Responses to Humeur critique n’est pas esprit critique…

  1. jlbaque dit :

    Je trouve votre blog fort intéressant, félicitation pour la distance que vous prenez par rapport au monde « faussement démocratique ». Sur l’esprit critique, un article de mon blog recoupe en partie certaines de vos réflexions: voir JLBaque’s blog, Comprendre l’esprit sectaire pour mieux s’en libérer.
    Je vous mets dans mon Blogroll.

    JLB

    • Phloem dit :

      Bonjour jlbaque, merci de votre commentaire, d’autant que rares sont les personnes qui passent à en laisser. Je tâcherai de lire votre billet très prochainement. A bientôt donc 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s