Mallaury Nataf SDF, ou comment un chien de garde médiatique se fait déborder…

Pour comprendre la manière « habituelle » d’agir des media, il est interessant de s’interesser à ces moment où, justement, ils changent leur habitude…

La femme invitée par Paul Amar sur France 5 ce jour là est Mallaury Nataf. Après avoir joué dans des soap pour ado spécialement produits pour TF1, elle a eu des soucis et s’est retrouvée à la rue.

Nous sommes en direct. L’intervenante a une chance incroyable : Son statut lui permet de prendre le pouvoir. En effet, elle est sans doute encore connue de nombreux trentenaires (Moi qui ne regardait pas tellement la série, je me souvenais de son nom et de sa tête.) mais elle est aussi dans une misère noire…  Si elle était seulement connue, elle se serait faite interrompre sans ménagement comme dans tous les talk shows. Idem si elle avait été une sans grade. Elle n’aurait d’ailleurs peut-être même pas été invitée. Le présentateur s’attend donc sans doute à une personne brisée par la vie ou alors seulement désireuse d’attirer l’attention sur son cas personnel,tablant sur la célébrité passée pour s’en tirer toute seule comme de nombreux has-been le font chaque année. Chance supplémentaire, elle connait le système, de l’intérieur. Et elle sait exactement là où on veut la mener. Alors elle prend le pouvoir.

Un quasi tunnel de 9 minutes en forme de réquisitoire argumenté, construit et accessible contre le système de gestion de la pauvreté en France, à une heure de grande écoute, c’est une rareté à encadrer dans la télévision d’aujourd’hui.

Elle ne part pas dans des discours abstraits et donne des chiffres. Elle cite les personnes qu’elle estime responsables. Elle décortique les mécanismes de la machine. Elle n’expose son cas que pour parler de choses plus larges. Elle ne laisse pas d’espace aux questions.  Et de toute manière, elle ne répond pas aux questions et évite de se laisser entrainer sur la pente que voudrait lui faire prendre l’autre. Et petit délice, elle met l’intervieweur sur la défensive. Perle, d’ailleurs,que cette phrase de Amar : « Si mon collaborateur ne trouve pas de maison, c’est qu’il y a une pénurie de logement. Pardonnez-moi. » Faisant un distinguo entre la question d’être SDF et celle de ne pas trouver de logement !!!

Tout ça lui est permis parce l’on est en direct et parce que l’intervieweur est surpris.

Par contre voilà ce que ça donne lorsque l’émission n’est pas en direct. Voilà peut-être ce qu’aurait voulu voir Paul Amar. Vous remarquerez le nombre très élevé de coupes de montage. L’interview montrée ici est ce qu’il a de plus trafiquée… Tout le message disparait derrière le cas personnel. Misérabiliste à souhait, donnant des coupables faciles (Belle-maman!), et laissant une micro-place à la fin pour le combat politique mais dans ce qu’il a de moins subversif, « j’vais monter une association » Voilà un bon petit produit médiatique bien emballé, bien pesé.

A mon avis, on ne reverra pas Mallaury Nataf de si tôt sur un plateau de direct. Ou alors elle aura été sévèrement briefée et se sera édulcorée.

Publicités
Cet article a été publié dans " Divertissement ", Télévision. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s