Questions de priorités…

« La dette et déficit public, priorité des Français selon un sondage. »c’est ainsi que commence un article du Monde, auquel j’aimerais mettre un bémol…

Pourrait-on avoir accès au sondage complet ?

Parce que, si le nom de l’institut,l’IFOP, et les précisions sur la technique sont bien apportées

Le sondage a été réalisé par Internet du 25 au 27 octobre auprès d’un échantillon de 1 006 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas.

(et on peut d’ailleurs questionner le mode de réalisation du sondage par Internet…), une chose me met la puce à l’oreille :

A la question « quel est le problème qui vous paraît le plus important aujourd’hui pour la France ? », 33 % des personnes interrogées citent la dette et les déficits publics, 23 % mentionnent le pouvoir d’achat, 23 % l’emploi et 8 % l’emploi des jeunes.

Il s’agit du quel sans majuscule…La question serait-elle la fin d’une phrase dont il manquerait le début ? Un début du style, « Sachant que la dette et les déficits publics sont susceptibles de nous entraîner vers une catastrophe mondiale, quel est le problème qui vous paraît le plus important aujourd’hui pour la France ?« . J’exagère peut-être un peu… mais pas tant que ça.

Plus subtil, faire précéder la question d’une ou plusieurs autres qui pourraient être, pêle-mêle:

-« Acceptez-vous de répondre à un sondage sur la dette et les déficits publics ? »

-« Connaissez-vous le montant de la dette publique française? »

-« Pensez-vous que les déficits publics doivent être financés par la chine? »

N’importe quelle question sur la dette aurait, en fait, pour effet d’augmenter l’importance de la place prise par elle dans l’esprit de la personne questionnée, immédiatement après…

D’ailleurs, l’utilisation du mot « problème » est déjà en soi questionnable, puisqu’il pose un jugement de valeur sur les items qui suivent…

Donc, je le redemande : Pourrais-t-on avoir accès au texte complet du sondage?

Et pas seulement des informations qui donnent une illusion de précision. 1001, 1004 ou 1006, sondés, jamais pile-poil 1000…Parce que 1000, ça fait « à la louche ». Certes. La taille de l’échantillon, le nom de l’institut, la date, tout ça compte mais ce ne sont pas les seules données importantes pour juger de la justesse d’un sondage…

 

Publicités
Cet article a été publié dans Nominalisations-Non spécifique, Rhétorique et langue de bois, Sondage. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s