La mazarinade du matin.

« Je ne puis faire peser l’impôt sur les fortunes de France, Sire : ce sont elles qui nous soutiennent, et récupérer quelque écus auprès des pauvres est impossible. Je vous conseille donc de promulguer quelques taxes nouvelles auprès de celui qui ne pourra se défendre facilement, mais qui au nom de ses grandes espérances, acceptera ce sacrifice, si l’on sait lui parler : le peuple.« 

Cardinal de Mazarin,1660…

[Attention, j’ai trouvé cette phrase sur Facebook et je ne trouve aucun ouvrage qui en soit la source exacte. Ce qui ne veut pas dire qu’elle est fausse. Mais rien n’indique qu’elle soit vraie. :-)]

Publicités
Cet article a été publié dans Argent, Gouvernants, Rhétorique et langue de bois, Un peu d'histoire. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s